L’Affaire Farewell: espion mais pas trop…

Depuis que j’ai l’âge de regarder des films, c’est à dire sûrement avant tout le monde -mes parents n’ayant aucune idée de la norme- j’ai aimé les films d’espionnage. J’ai grandi avec les James Bond du jeudi soir sur FR3. Quand il y en avait un, on faisait un sacrilège: on zappait Envoyé Spécial pour voir le beau Sean se laver les mains de ses ennemis.

J’ai été voir L’Affaire Farewell de Christian Carion, je savais que c’était un film pour moi malgré les quelques doutes émis par ma copine maitre es Cinéma.

l_affaire_farewell,0

L’Affaire Farewell raconte un fait historique. Un civil interprété par Guillaume Canet entre malgré lui en intelligence. Il n’est que la mule d’une taupe qui lui remet des documents à apporter aux hautes autorités françaises. La taupe est jouée par Emir Kusturica qui est impressionnant, un mauvais jeu de mots dira qu’il n’y a aucune fausse note…

Pierre, ingénieur expat à Moscou pense transmettre les informations en France lors de l’un de ses déplacements et s’arrêter là. En fait, il se trouve pris au piège de ses sentiments. Il lie une amitié avec l’homme qui joue sa vie pour lui remettre ces précieuses informations. C’est là que cela devient encore plus intéressant que le contrat qu’on pensait avoir passé à l’origine en entrant dans la salle: on découvre un film à plusieurs entrées… Ce ne sera pas que de la brute et du truand, il y aura aussi du bon sentiment.

J’ai aimé ce scénario bien ficelé, à la limite du compliqué sur la fin (ai-je vraiment compris..? Le DVD me le dira…). J’ai apprécié la profondeur des personnages et les relations entre les protagonistes qui sont bien tissées. On aime aussi les moments qui font appel aux images d’archives notamment la fameuse scène de Queen. Surprenante…

Je salue ce film, parce que Christian Carion n’a pas fait dans la facilité. Il a été jusqu’à cinq lieux de tournage différents. Pas besoin d’avoir fait une école de cinéma pour comprendre qu’il est toujours plus compliqué de faire un film avec plusieurs équipes techniques. Deuxième complexité: faire parler russe à un acteur français (Guillaume Canet a été très pro…). Troisième: choisir de raconter un fait historique datant de 1981, il faut donc penser costumes, décors et tout ce qui s’en suit. Un film historique ne peut pas être jugé avec le même prisme qu’un film lambda.

Le scénario a le mérite d’être complexe, en profondeur et il est aussi très bien construit car il nous emmène sur des fausses pistes: la maîtresse, le camion, l’agent double…Il y a un autre élément à saluer: la musique additionnelle composée par Clint Mansell. Pour ceux qui connaissent, ça rappelle les morceaux du groupe français Saycet ou le travail de Craig Armstrong. Une très belle partition pour ce film haletant.

Publicités

3 réflexions sur “L’Affaire Farewell: espion mais pas trop…

  1. J’avais envie de voir ce film. Ton billet me confirme dans ce projet.
    D’après ce que tu dis, Guillaume Canet semble montrer une autre facette : tant mieux car je commençais à me lasser de son côté bo-mec-bo (même si c’est vrai que c’est un bo-mec-bo).
    Je ne connais pas les musiques que tu cites : une jolie occasion pour moi de les découvrir.

    • Guillaume Canet, c’est un de mes chouchous, je le trouve craquant malgré son physique banal. J’aime ses yeux qui rient. Là, il n’est vraiment pas un physique. On peut dire que le réal a tout fait pour l’enlaidir (ma tante m’a glissé: « argh avec ses cheveux et ses lunettes, il est laaaaaaiiiiiiiid »). Il a pu détourner l’attention des spectateurs sur le personnage. Certains ont dit qu’il était mauvais, moi j’ai vu une belle perf’ surtout quand tu as une légère idée de la difficulté d’apprendre le russe. La critique est aisée…
      La musique, c’est si important pour moi, je peux t’en faire découvrir des pelletées comme ça… Peut-être que je ferais un billet spécial dédicace…

  2. Moi aussi, j’ai un faible pour Guillaume Canet, pour son charme. Je craque plus facilement pour des mecs qui ont du charme que pour ceux qui ont une beauté formelle mais dont il ne se dégage pas grand-chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s